Mercredi 23 et jeudi 24 octobre - Pavillon d'Armenonville - Paris

Le rôle de l’AICT dans le renforcement de la résilience des femmes et minorités de genre dans les zones de crises

Note de cadrage

Dans un monde multipolaire et globalisé, des crises de toutes sortes peuvent rapidement émerger, qu’elles soient politiques, économiques, armées, sociales, sanitaires ou climatiques. Ces crises ont un impact important sur les populations qui les subissent mais plus encore sur les femmes et les minorités de genre, bouleversant considérablement leurs conditions de vie et les exposant à des dangers de toutes sortes. Ceci est d’autant plus grave dans les crises d’ordre armées et militaires.
Une résolution de la Conférence générale de l’Unesco, lors de sa 27e session (novembre 1993), a demandé au Directeur général de mener une étude sur « Le recours au viol comme arme de guerre ». Le viol est reconnu comme une arme de guerre, émanant d’une volonté politique. Outre les tactiques de guerre dont sont victimes les femmes et les minorités de genre, elles sont aussi plus généralement les plus précaires, et donc les plus vulnérables, et in fine les plus touchées par ces crises (économiques, politiques, conflits armés, catastrophes naturelles).

L’année 2023 a été fortement marquée par des crises géopolitiques considérables et dont les conséquences arrivent jusqu’à nous. Sur ces terrains instables, les femmes et les minorités de genre sont particulièrement vulnérables à tous les aléas. Les autorités locales sont souvent démunies, désemparées quand elles ne sont pas simplement détruites ou dissoutes.
Lors de l’éclatement d’un conflit, les autorités locales, largement marginalisées, méritent d’être considérées comme actrices du changement et coordinatrices des initiatives locales. Rappelons qu’elles sont en premières lignes face au déclenchement de crises, mais aussi car elles sont les plus fines connaisseuses du contexte local et des besoins des populations.

Buts et objectifs de l’atelier
Pour pouvoir faire face durablement aux enjeux qui menacent les femmes et les minorités de genre dans les zones en conflit, nous souhaitons pouvoir répondre aux questions suivantes :
Comment les collectivités territoriales françaises peuvent-elles favoriser la protection et l’émancipation des femmes et des minorités de genre en situations de crises ? Comment accompagner au mieux les femmes victimes ? Quelles infrastructures, quelles priorités dans la politique étrangère française ? Comment la diplomatie féministe peut-elle participer à la construction de la paix ?
Faire valoir le rôle de l’AICT dans la protection des femmes et des minorités de genre en situation de vulnérabilité, en permettant notamment de tisser des liens et de pouvoir faire appliquer des solutions concrètes et durables sur le terrain. Cet atelier vise à :

Cadre de l’atelier
Périmètre de l’atelier croisé : Promouvoir l’engagement des collectivités territoriales françaises au profit des femmes et minorités de genre en situation de crise.
Enjeux : Promouvoir l’intégration de la diplomatie féministe française dans la coopération décentralisée dans les zones de crise. Susciter l’intérêt des collectivités territoriales françaises sur la collaboration sur ces thèmes croisés.

Problématique : comment permettre à l’AICT de renforcer la résilience des femmes et minorités de genre dans les zones en crise ?

Contacts :
Thomas Lanvin, Chargé de mission Genre : t.lanvin@cites-unies-france.org
Mélanie Sabot, Chargée de mission Crises et réhabilitation : m.sabot@cites-unies-france.org



Informations pratiques


Horaire : 24 octobre 2024, de 15h30 à 17h00
Salle : Salle Etoile 1
Type : Atelier 3

Localisation de la salle




Les autres rendez-vous de la session


De 14h30 à 16h00 : Diasporas africaines et AICT : quelles complémentarités ? (salle Salle Etoile 1)

De 14h30 à 16h00 : Enjeux et perspectives pour la jeunesse dans le bassin méditerranéen (salle Salle Etoile 2)

De 16h45 à 18h15 : Dynamiques et perspectives de la coopération internationale dans la zone Caraïbe (salle Salle Etoile 2)

De 16h45 à 18h15 : Coopération décentralisée franco-ukrainienne : état des lieux et perspectives (salle Salle Etoile 1)

De 09h00 à 10h30 : Culture et coopération décentralisée : quelles perspectives pour les collectivités françaises et asiatiques ? (salle Salle Etoile 2)