Cités Unies France – Site Web de la coopération décentralisée
Le portail de la coopération décentralisée

Réduction des Risques de Catastrophe

Ces dernières années plusieurs experts et spécialistes, études et rapports attirent notre attention sur les grands bouleversements de notre planète et les conséquences parfois dramatiques pour l’homme et la nature. Ce n’est pas tant les catastrophes qui inquiètent que leur fréquence, leur intensité et les énormes dégâts en vies humaines et en infrastructures qu’elles génèrent.

A l’instar de la communauté internationale, les gouvernements locaux ont toujours exprimés concrètement leur solidarité avec ceux qui sont touchés par les catastrophes. Partout dans le monde les gouvernements locaux se sont formidablement mobilisés en faveur des victimes Tsunami en Asie, Tremblement de terre en Haiti, etc. Cette solidarité répondait d’abord à des besoins urgents et immédiats (collecte de fonds, acheminement de matériel par exemple des pompes à eau, collecte de médicaments, etc). Elle s’inscrit également sur le long terme car les gouvernements locaux participent à l’effort de reconstruction des infrastructures municipales et locales telles que les routes, les écoles, les dispensaires, les marchés, les transports et surtout restaurer l’état civil qui permet à toutes les activités de fonctionner normalement.

Comme les autres institutions les gouvernements locaux, de part leur proximité avec les citoyens, ont un rôle à jouer dans la sensibilisation et la conscientisation de leurs administrés pour réduire les risques de catastrophes. A côté de cette fonction, ils peuvent également être au centre d’un dispositif de collecte et de diffusion de l’information avec d’autres partenaires. L’état central doit prendre en considération le rôle des gouvernements dans les plates-formes nationales et les associer ainsi en amont dans la formulation de politique en matière de réduction de risques.

Dans le développement de sa stratégie chaque gouvernement local participe à la réduction des risques de catastrophes en mettant en place des politiques respectueuses de l’environnement, des plans d’urbanisme adéquats, des schémas de transports et d’économie d’énergie et des stratégies de lutte contre le changement climatique, la désertification et l’effet de serre. Une action de logement social et d’augmentation des réserves foncières pour les plus pauvres en dehors des zones illégales (zones inondables, zones inconstructibles) et à risques réduisent l’impact des catastrophes pour les populations vulnérables.

En 2005, 168 pays présents à Kobe (Japon) ont ratifié en janvier 2005 le cadre d’Action de Hyōgo 2005-2015 qui vise à atteindre "une baisse substantielle des pertes en vies humaines et des dommages en biens sociaux, économiques et environnementaux dus aux catastrophes" à travers cinq actions prioritaires :

Assurer que la réduction des risques de catastrophe soit une priorité nationale et locale avec une base institutionnelle solide pour la mise en œuvre ;
Identifier, évaluer et contrôler les risques de catastrophe et promouvoir les systèmes d’alerte précoce ;
Utiliser les connaissances, les innovations et l’éducation afin de consolider une culture de sûreté et de résilience à tous les niveaux ;
Réduire les facteurs de risques sous-jacents ;
Renforcer la préparation aux risques pour une réponse efficace à tous les niveaux.

Dans un monde de plus en plus urbanisé, les concentrations des populations dans les villes augmentent considérablement l’impact des catastrophes sur les personnes, ainsi que sur les biens matériels et l’économie en général, comme le montrent les exemples de Bam, Istanbul, Kobe, Manille, Mexico, New Orléans

Les gouvernements locaux doivent se doter de stratégie locale de réduction des risques. Cela en partenariat avec le pouvoir central afin de mieux définir le rôle et les responsabilités dans cette stratégie de réduction des risques. Dans plusieurs pays les gouvernements locaux disposent d’un arsenal légal qui leur permet de réduire les risques de catastrophes comme par exemple les plans d’urbanisme ou d’occupation des sols. Ils ont la possibilité de déclencher le principe de précaution ou de vigilance pour anticiper et réduire les risques de catastrophes.

En 2008 lors du Conseil Mondial à Istanbul notre organisation a pris acte et adopté une position par rapport au thème des risques et de la réduction des catastrophes. Ce document réaffirme l’engagement des autorités locales du monde entier à prévenir et réduire les catastrophes et à se mobiliser si nécessaire face aux urgences humanitaires. Depuis cette date CGLU a mené avec ses partenaires des actions concrètes comme des sessions de formation et de sensibilisation des élus et techniciens en Afrique ou encore l’appui apporté à la Campagne de UNISDR « Resilient Cities » où plus de 1000 villes ont rejoint cette grande initiative de sensibilisation sur la réduction des risques.




Publié le 12 décembre 2014

Facebook twitter Imprimer


Sur ces thèmes

  Crises et réhabilitation

vendredi 12 décembre 2014
Groupe-Pays Arménie : préparation du séminaire tourisme
mardi 16 décembre 2014
Réunion du groupe-pays Niger

Agenda

9
sep

Réunion du groupe-pays Arménie, le 9 septembre 2024
24
sep
Du 24/09/2024 au 27/09/2024
Mission d’étude en République de Corée, du 24 au 27 septembre 2024
30
sep

Réunion du groupe-pays Algérie, le 30 septembre 2024

Actualités

Informations concernant le Sommet du Futur de septembre 2024
image par defaut
CUF : Offre de stage : un(e) assistant(e) : Asie, Etats-Unis, Développement économique international, Afrique de l’Ouest & Madagascar, Arménie & Méditerranée, Genre
Retour sur le Forum politique de haut niveau pour le développement durable - HLPF : du 8 au 17 juillet 2024

CENTRE DE RESSOURCES









Texte
Photo
Son
Vidéo