Cités Unies France – Site Web de la coopération décentralisée
Le portail de la coopération décentralisée

LE FONDS DE SOLIDARITE PHILIPPINES

Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan (appelé Yolanda aux Philippines) a frappé les Philippines avec une force sans précédent (vents d’une vitesse soutenue de 310 km/h, avec certaines rafales allant jusqu’à 375 km/h).

Le passage du typhon a mené à une crise humanitaire et sociale

Le typhon a traversé l’archipel, balayant la plus grande partie des îles qui forment les Visayas (l’une des trois principales divisions géographiques des Philippines). 80 à 95% d’une dizaine d’agglomérations ont été détruites, certains villages côtiers ont disparu de la carte, la végétation littorale protectrice (les mangroves) a été détruite.
Le choc a été brutal pour les populations. Selon les estimations du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies (OCHA), il y aurait plus de 6200 morts, environ 1800 personnes disparues et 4 millions de personnes déplacées environ, qui ont fuit les zones dévastées.

Au total, plus de quatorze millions de personnes sont affectées par les conséquences du Typhon, étant donné le vaste territoire touché, selon les Nations Unies. Or, les premiers secours officiels n’ont commencé à arriver qu’une semaine après le passage du Typhon, et dans certaines zones, trois semaines plus tard, les populations n’avaient toujours pas reçu d’aide humanitaire.

Les régions touchées font partie des plus pauvres du pays, ce qui aggrave encore les conséquences : les populations ont perdu tout moyen de subsistance, sont au chômage, se sentent abandonnées et se réfugient, pour certaines, dans les grandes villes, remplissant alors les bidonvilles urbains.


A la suite du passage du typhon, les partenaires de CUF sur place, notamment la Ligue des villes des Philippines, ont fait état d’une situation désastreuse et d’un besoin de soutien important, notamment dans la phase de reconstruction des territoires dévastés.

CUF a donc décidé, à la demande de ses adhérents, d’ouvrir un fonds d’urgence destiné à apporter une aide dans la phase de réhabilitation des villes et des services publics détruits.

49 collectivités territoriales françaises ont abondé le fonds : Aiffres, Angers, Angoulême, Arc les Gray, Arcueil, Arnage, Besançon, Bonrepos-sur-Aussonnelle, Bordeaux, Brive, Caen, le Conseil Général de la Loire Atlantique, le Conseil Général de Meurthe et Moselle, Chasné-sur-Illet, Châtellerault, Chinon, Epernay, Eragny-Sur-Oise, Eybens, Fos-sur-Mer, Fosses, Fougères, Gennevilliers, Grenoble, Grenoble Alpes Métropole, La Bresse, Lamballe, Lannion, Les Houches, Liffré, Luisant, Maxéville, Moitron-sur-Sarthe, Mulhouse, Nanterre , Orvault, Pays de Liffré , Perpignan, Poissy, Rilhac Rancon, Saint-Die, Saint-Etienne, Saint-Herblain, Saint-Nazaire, Suresnes, Toulouse, Vauréal, Vittel.

Au total, 282 986 euros ont été récoltés.

Deux missions de terrain ont alors été organisées, en partenariat avec les membres du groupe « ressource » de CGLU, afin d’identifier les besoins prioritaires des collectivités des Philippines et de déterminer, avec elles, le type de projet à mettre en œuvre.

La mission exploratoire

Richard Smith, de la Fédération Canadienne des Municipalités (FCM) s’est rendu aux Philippines du 16 au 21 février 2014 au nom du groupe « ressource » de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU), dont Cités Unies France fait partie. Il a rencontré différents acteurs aux Philippines tels que le directeur exécutif de la ligue des villes des philippines, un représentant du ministère de l’intérieur et des gouvernement locaux, des représentants de la banque asiatique de développement etc. afin de réfléchir à la réponse et au soutien à apporter aux gouvernements locaux sinistrés et afin d’échanger sur la situation de l’archipel, de réfléchir à la réponse et au soutien qui pourront être apporté aux gouvernements locaux sinistrés après le passage du Typhon Haiyan.

Plusieurs éléments intéressants sont ressortis de ces rencontres :

-  En février 2014, les Philippines ne sont pas encore tout à fait sorties de la phase d’urgence (distribution d’aide et services d’urgence, balayages des rues dévastées etc.). Il faudra environ 3 à 6 mois pour entrer dans la phase de reconstruction/réhabilitation à proprement parler.
-  L’assistance dans la reconstruction après le passage du Typhon est la priorité du gouvernement qui a par ailleurs fourni une première évaluation des dommages, de l’impact économique et du plan de redressement de l’archipel (Cf synthèse du RAY report).
-  Les besoins sont énormes : le rapport sur l’assistance dans la reconstruction après le typhon Yolanda (le rapport RAY) estime à 1,3 milliard de dollars le redressement de l’économie des philippines et 6,8 milliards la reconstruction (les travaux de réparation, rénovation et reconstruction).
-  Le thème Building Back Better (BBB) et les principes du développement durable local devront être le fil directeur de la phase de reconstruction aux Philippines. De plus, le rapport RAY estime que les dommages pour les biens matériels (les immeubles, les marchés, les caserne de pompiers etc.) des gouvernements locaux s’élèvent à près de 100 millions de dollars.
-  Des études sont menées dans certaines villes affectées afin d’évaluer, d’une part, leurs besoins et les coûts, et d’autre part, quels apports ces villes pourront fournir dans l’effort de reconstruction. Une fois ces évaluations terminées la ligue des municipalités des philippines rendra un rapport afin de fournir des recommandations pour les termes de références de la prochaine mission de cadrage.
-  Les besoins prioritaires des territoires affectés qui ressortent déjà de cette première mission sont multiples :
1) Reconstruction d’une grande partie des infrastructures : il faut pour cela attendre la sortie de la phase d’urgence (nettoyage des rues etc.).
2) Réhabilitation des administrations locales : les registres civils, les registres de propriétés foncières etc. ont disparu. Il paraît donc urgent d’aider les gouvernements locaux à remettre à jour leurs services administratifs.
3) Aide pour la réhabilitation du management local : il faudrait aider les territoires affectés à définir des plans pour rétablir le fonctionnement du territoire (l’apport de services etc.).
-  Un des défis majeurs dans la reconstruction des Philippines sera la coordination entre les différents acteurs agissant aux Philippines (les agences gouvernementales, les donneurs internationaux, la société civile, et le secteur privé) qui sont extrêmement nombreux. Ces acteurs devront absolument tenir compte des priorités gouvernementales afin d’assurer la réussite du processus de reconstruction. Le gouvernement central entend jouer un rôle clé dans la reconstruction de l’archipel, notamment en ce qui concerne toutes les questions de coordination des acteurs.
-  Le plan de reconstruction devra être mis en œuvre par les gouvernements locaux pour s’assurer de l’adaptation de la réponse aux conditions locales et pour promouvoir l’engagement des communautés dans le processus. Les gouvernements locaux auront donc un gros travail à fournir et auront besoin de soutien, notamment dans le développement et le renforcement de leurs capacités.
-  Il sera enfin nécessaire de focaliser une partie du soutien apporté aux gouvernements locaux sur la problématique de la réduction des risques liés aux catastrophes ainsi que sur la préparation des gouvernements locaux afin qu’ils soient mieux équipés pour gérer les éventuelles prochaines catastrophes naturelles.

CUF et tous ses partenaires, membres du groupe ressource de CGLU, ont donc pu, grâce à ces premières analyses, débuté la préparation de la mission de cadrage technique de mai 2014, avec comme objectif de déterminer les projets à réaliser sur place pour soutenir les gouvernements locaux dans les efforts de reconstruction aux Philippines.

@Giovetti
@Giovetti
@Giovetti


Documents à télécharger

LE FONDS DE SOLIDARITE PHILIPPINES : projet Bogo LE FONDS DE SOLIDARITE PHILIPPINES : Dossier pour le lancement des activités

Publié le 8 décembre 2014

Facebook twitter Imprimer


Sur ces thèmes

  Crises et réhabilitation

lundi 8 décembre 2014
Premières rencontres de l'action internationale des collectivités françaises de l'Océan indien, le 8 décembre 2014
lundi 8 décembre 2014
CGLU TASKFORCE des gouvernements locaux et régionaux pour la réponse aux catastrophes

Agenda

3
oct
Du 03/10/2022 au 06/10/2022
JAPON : 7e Rencontres franco-japonaises de la coopération décentralisée, du 3 au 6 octobre 2022
3
oct

Réunion du groupe-pays Arménie, le 3 octobre 2022
7
oct

Chroniques géopolitiques : Saison 3 : 1ère session, le 7 octobre 2022 !

Actualités

Nouveau ! Dossier-pays Japon (cinquième édition : octobre 2022)
image par defaut
Publication du répertoire des coopérations décentralisées franco-marocaines 2022
4 questions pour Emilia Saiz, Secrétaire générale de CGLU

CENTRE DE RESSOURCES



Texte
Photo
Son
Vidéo