Cités Unies France – Site Web de la coopération décentralisée
Le portail de la coopération décentralisée

Retour sur le webinaire sur l’action sociale en contexte de crise, le 26 octobre 2022
en visioconférence

PNG

Le 26 octobre 2022 s’est déroulé le webinaire sur l’action sociale dans le contexte de la crise et le rôle des collectivités locales, organisé dans le cadre du Fonds de solidarité pour le Liban, porté par Cités Unies.

PNG
PNG

Ce webinaire était adressé aux collectivités locales libanaises membres de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) et à l’ensemble des partenaires du projet Fonds de solidarité pour le Liban à savoir Cités Unies France, les collectivités territoriales françaises donatrices et CGLU.

Compte-rendu

Béchir Odeimi, président de Cités Unies Liban et directeur du Bureau Technique des Villes Libanaises (BTVL) a ouvert la session en rappelant la situation actuelle au Liban, pays qui traverse de plus en plus de difficultés en tous genres. Après l’explosion du 4 août 2020 et la pandémie de COVID-19, le Liban fait face à des cas de choléra, des pénuries d’eau, d’électricité et d’essence, sur fond de crise économique d’une gravité sans précédent. Les municipalités sont particulièrement confrontées par tous ces problèmes, parce qu’elles se situent à l’échelle la plus proche du peuple. 17 collectivités libanaises ont pu bénéficier des projets établis par le Fonds de solidarité.

Valérie Dumontet, vice-présidente du département de l’Aude et présidente du Comité des donateurs du Fonds de solidarité pour le Liban, a ensuite continué en précisant que le Fonds ne concernait pas uniquement une aide à la reconstruction des bâtiments, comme ceux de Karantina – ville endommagée par l’explosion de 2020, mais également une reconstruction des femmes et des hommes. En effet, une autre dimension du Fonds a pour objectif de favoriser la réinsertion professionnelle – notamment celle des jeunes, l’action et la cohésion sociale. Elle a insisté sur la place fondamentale des collectivités locales au Liban, et de leur légitimité et de leur rôle à jouer pendant en période de crise. Ces enjeux poussent aussi à la réflexion au niveau des collectivités françaises. De là découle une confrontation de points de vue, d’où peuvent naitre par la suite des solutions.

Axe 1 : Les réponses apportées par les collectivités libanaises

Après cette introduction, Rouba Onaissi, chargée du projet Fonds de solidarité pour le Liban à Cités Unies Liban/BTVL, a rappelé les trois volets qui guident les projets de coopération : l’appui à l’insertion sociale, l’insertion professionnelle des jeunes – à travers des stages notamment, et la formation professionnelle des jeunes. En parallèle, les municipalités libanaises ont pu bénéficier, selon les besoins exprimés, d’un accompagnement direct : équipement, agents municipaux, etc.

Est ensuite intervenu Pierre Filfili, expert en charge du suivi des projets. Il a abordé les thématiques suivants : sensibilisation des membres des collectivités sur les questions de développement, détermination des projets, démarche de « formation-action », concept de consultation citoyenne, étude de besoins, évaluation de l’action sociale.

Après cela, trois représentants des trois municipalités libanaises ont rendu compte de l’avancement des actions menées dans le cadre du Fonds de solidarité.

Ayoub Matar, maire de la municipalité de Jdeideh-Harhraya-Qattine, a parlé du projet en cours dans sa collectivité : une pièce de théâtre composée de volontaires de la société civile. Il y aura aussi une troupe de 40 danseurs folkloriques de dabké. Dans un contexte de crise multi-niveau, il peut sembler contre-intuitif de se focaliser sur le théâtre. Pourtant, le maire a tenu à défendre l’importance de préserver la culture, qui est une véritable porte d’entrée à l’insertion sociale. Dans un contexte de crise, les conditions de vie – et de survie – peuvent représenter un obstacle au maintien d’activités culturelles et artistiques. Avec ce projet, des femmes et des hommes de tous les âges se retrouvent et participent à la sauvegarde du patrimoine traditionnel libanais. Lors du dévoilement du projet, la société civile a été particulièrement réceptive et enthousiaste. Le spectacle final devrait avoir lieu début décembre, et la troupe de danseurs devrait devenir permanente et parcourir le Liban.

Vartkes Khoshian, maire de la municipalité de Hosh Moussa – Anjar a présenté le projet en cours de jardin public dans sa ville. Celui-ci a pour vocation d’être un espace de rencontres sociales entre les habitants, avec l’organisation d’activités et d’événements. L’idée est aussi de planter des arbres fruitiers, en engageant une main d’œuvre locale, dans le respect de la parité femmes-hommes. Les préparations ont déjà commencé.

Enfin, Stéphanie Chaghoury, agent de développement local à la municipalité de Furn El Chebbak, a présenté le projet en cours dans sa ville, en lien avec la thématique de santé, en réponse aux besoins exprimés. Deux campagnes de prévention et de sensibilisation – du diabète et du cancer du sein – ont été lancées. Une centaine de femmes pourraient faire une mammographie gratuitement. Le but est de continuer les examens de santé. La prévention passe aussi par des affiches, à travers les réseaux sociaux, etc.

Est ensuite venu le temps des questions-réponses, un moment d’échange riche entre Valérie Dumontet, Simone Giovetti, et les représentants des collectivités libanaises présents pendant toute la session.

Axe 2 : Les compétences et les moyens des collectivités territoriales françaises

Dans la deuxième partie du webinaire, Jacques Aumasson, directeur des relations internationales du département de la Vienne, est intervenu pour parler d’un projet de coopération au Togo. Tous les deux ans, un groupes de dix jeunes français se rendent dans un village près de Badou, au nord de Lomé. Dans le lycée du village, un potager a été planté pour alimenter la cantine. Un potager a aussi été planté en France. Une troisième édition du programme est en cours de préparation pour 2023.

Thomas Lanvin, de Cités Unies France, a rappelé l’importance de la compétence départementale mais aussi communale dans les projets de coopération décentralisée. L’action sociale est au cœur de beaucoup de projets de coopération, et doit être encouragée en contexte de crise particulièrement. Elle peut se développer sous plusieurs formes : jeunesse, démocratie participative, lutte contre les violences faites aux femmes, hygiène, espace public, santé, etc.

Après d’autres échanges entre les différents acteurs, le webinaire a été conclu par une séance de clôture menée par Faten Abou Hassan, directrice générale des collectivités locales du Ministère de l’Intérieur et des Municipalités au Liban, Simone Giovetti, chef du Service International, Crises, Europe à Cités Unies France, Anne-Marie Reingold, chargée de mission à la Délégation pour l’Action extérieure des collectivités territoriales (DAECT), et Valérie Dumontet.

Note de concept

Contact :
Simoné Giovetti, responsable de la Mission Internationales, Europe et Crises, s.giovetti@cites-unis-france.org

PNGPNG




Publié le 26 octobre 2022

Facebook twitter Imprimer


Sur ces thèmes

  Liban   Crises et réhabilitation

mercredi 26 octobre 2022
CUF : Sondage sur la participation de votre collectivité à la COP 27
jeudi 27 octobre 2022
Focus sur l'Iran : Réunion d'information du groupe thématique Genre, le 27 octobre 2022

Agenda

29
nov

Réunion croisée Mauritanie / Climat, le 29 novembre 2022
1er
déc

Réunion du groupe-pays Mali, le 1er décembre 2022
2
déc

Le "Café des élues et élus" : le vendredi 2 décembre 2022, de 9h15 à 10h00

Actualités

MEAE/DAECT : COMMUNIQUÉ : Ouverture de l’appel à projets en soutien à la coopération décentralisée « Sécurité alimentaire » 2023
NICE2028, candidature de Capitale Européenne de la Culture
image par defaut
Connectez votre territoire au monde ! Adhérer dès maintenant à Cités Unies France !

CENTRE DE RESSOURCES



Texte
Photo
Son
Vidéo