Cités Unies France – Site Web de la coopération décentralisée
Le portail de la coopération décentralisée

Le rôle des gouvernements locaux dans la gestion des crises

Résumé et recommandations

CGLU a depuis plusieurs années mis la question de la résilience et de la réduction de catastrophe au centre de son agenda car la multiplication des catastrophes naturelles ou provoquées par l’homme met en danger les différents équilibres. Ces grands bouleversements coûtent énormément aux communautés en termes de vies, de biens et d’infrastructures. CGLU a fait des agendas globaux comme l’Agenda 2030, l’accord de Paris sur le climat, le Nouvel Agenda Urbain et plus précisément le cadre de Sendai des instruments et objectifs à atteindre pour améliorer le cadre de vie des citoyens à travers le monde.

Le Bureau exécutif est invité à :

1. Appuyer la vague d’actions de CGLU autour des questions liées à la localisation du Cadre de Sendai ;
2. Appuyer l’organisation d’un événement parallèle lors de la prochaine plateforme mondiale pour la réduction des risques et des catastrophes qui sera organisée à Genève en mai 2019 ;
3. Prendre note et soutenir les efforts du groupe de travail de CGLU pour la prévention et la gestion territoriale des crises et ses membres, des progrès réalisés en matière de renforcement du rôle des gouvernements locaux dans la gestion des crises et catastrophes et notamment l’aide apporter à la reconstruction de la ville de Palu (Indonésie) après le dernier tremblement de terre en 2018.

Rôle et travaux du groupe de travail de CGLU pour la prévention et la gestion territoriale des crises

1. Rappel : ce groupe de travail est né de la volonté de :

a. fournir une plate-forme pour l'échange de connaissances liées à la gestion des catastrophes par les gouvernements locaux et expertise ;
b. fournir une plate-forme politique et technique pour capitaliser sur les leçons apprises, et fournir un soutien technique de plus en plus articulé dans les situations de crise ;
c. améliorer et accroître la disponibilité de l'expertise des gouvernements locaux en faveur des sinistrés, des municipalités
d. faire progresser le rôle des gouvernements locaux dans la gestion internationale des catastrophes à l’ordre du jour.

2. Les activités du groupe de travail au niveau du plaidoyer en 2018 se sont fortement concentrées sur la participation active au sein de l’alliance globale des crises urbaines, lors des réunions statuaires ainsi qu’à l’occasion des groupes de travail de la GAUC. Le secrétariat a pu :

a. sécuriser la présence d’élus locaux lors des sessions officielles dans le cadre du forum politique de haut niveau (New York juillet 2018)

b. réunir les membres de l’Alliance globale à Strasbourg lors du bureau exécutif de CGLU en octobre 2018
c. co-organiser deux séminaires techniques de l’Alliance en partenariat avec la ville de Genève qui préside le groupe et le BTVL, garantissant la présence d’élus et de CGLU lors de ces rencontres.

Le travail de CGLU au sein de l’Alliance globale pour les crises urbaines

3. Le paysage humanitaire est en train de changer. L'urbanisation croissante de la planète façonnera l’avenir. Les déplacements forcés, les conflits et les catastrophes naturelles sont des phénomènes de plus en plus urbains. L’Alliance mondiale pour les crises urbaines (GAUC) a été créée pour rassembler les différents acteurs susceptibles d’aider à améliorer la préparation et la réaction aux crises dans un monde de plus en plus urbain. L’Alliance poursuit quatre objectifs thématiques :

a. Adapter la réponse humanitaire au contexte urbain en développant des outils communs d’évaluation et de profilage, en encourageant l’analyse conjointe et en adaptant les mécanismes de coordination ;
b. Développer et travailler avec les réseaux existants aux niveaux mondial, régional et national afin de faciliter le déploiement des gestionnaires urbains et d'experts techniques ;
c. Travailler autour de la question des personnes déplacés dans les zones urbaines et contribuer à la conception de réponses appropriées, en accordant une attention particulière à la protection des personnes vulnérables, au logement, aux services de base et aux infrastructures ;
d. Veiller à ce que les initiatives axées sur le renforcement de la résilience urbaine intègrent des éléments relatifs à cette question et au redressement après une crise, et à ce qu’elles aient un impact maximal sur les villes les plus exposées aux urgences humanitaires.

4. En 2018, CGLU a accompagné les travaux de la GAUC autour de la réalisation des documents suivants :

a. La résilience urbaine face aux crises ;
b. La question des déplacés en milieu urbain ;
c. Protocole d’engagement entre les autorités locales et les acteurs de l’humanitaire.
Le protocole permettra d’instaurer un cadre de travail clair et efficace entre les acteurs humanitaires et les collectivités territoriales. Cela permettra d’éviter les périodes de confusion sur le rôle de chacun des intervenants juste dans la période qui suit l’avènement d’une crise. Le protocole aura pour effet de fixer les responsabilités, les compétences et le champ d’intervention des différents acteurs. Le protocole d’engagement permettra entre autres de sauver des vies et d’épargner des infrastructures lors des interventions ordonnées en temps de crise.

Appel international des collectivités pour l’Indonésie : promotion d’une nouvelle approche pour une aide de collectivités à collectivités suite à une catastrophe

5. Suite au tremblement de terre qui a frappé l’île de Sulawesi le 28 septembre 2018 et provoqué un tsunami qui a tué plus de 1200 personnes et détruit une grande partie de l’ile. ASPAC, la section régionale de CGLU et le groupe de travail de CGLU pour la prévention et la gestion territoriale des crises, présidé par la Ville de Genève, ont décidé de lancer un appel de solidarité aux autorités locales à travers CGLU.

Le rôle des collectivités face aux conséquences des conflits : refugiés

6. Une attention particulière est à porter à la question des conséquences immédiates des conflits et notamment l’afflux des réfugiés en milieu urbain. Cette

problématique affecte de plus en plus les collectivités du réseau mondial. Une communauté de pratiques sur la question de l’immigration (entre autre la migration forcée) a été créée en février 2019. Le groupe de travail de CGLU sur les questions des crises apportera sa contribution active en proposant des actions spécifiques mobilisant les réseaux de collectivités locales et les villes directement mobilisées, ou affectées, par ces questions.

L’accompagnement des pouvoirs locaux dans la localisation du processus de Sendai

7. La résilience des villes et des territoires est au cœur de la stratégie de localisation du cadre de Sendai. CGLU considère que la localisation de ce programme global est une étape importante pour renforcer la résilience des villes et des territoires, et son Groupe de travail sur les crises a un rôle essentiel dans l’accomplissement des objectifs de Sendai. Le Cadre de Sendai s'adresse aux gouvernements nationaux mais reconnaît les niveaux locaux et régionaux comme des acteurs et partenaires essentiels. Cela est notamment mis en évidence dans la formulation de l'objectif
« E » : « augmenter considérablement le nombre de pays dotés de stratégies nationales et locales de réduction des risques de catastrophe d'ici 2020 »

8. Les gouvernements locaux et régionaux sont en première ligne dans la réduction des risques de catastrophe. Leur engagement et leur action sont centraux afin de réaliser les objectifs fixés avant 2030.

9. Des efforts de collaboration avec d'autres partenaires sont nécessaires pour soutenir la localisation du cadre de Sendai. Le séminaire d’apprentissage entre pairs organisé en septembre 2018 lors du Congrès de CGLU-ASPAC a montré la valeur ajoutée de l'apprentissage mutuel entre les villes sur ce sujet.

10. La vague d’action pour la mise en œuvre du cadre de Sendai est une action menée par le Secrétariat Mondial, les membres et les partenaires pour accompagner la mise en œuvre de cet agenda et notamment un soutien aux gouvernements locaux et régionaux pour atteindre les objectifs fixés par le cadre de Sendai.

Prochaines étapes

11. Entre le 13 et 17 mai 2019, UNISDR organise à Genève la Plateforme Mondiale pour la Réduction des Risques de catastrophes. Dans ce cadre deux événements importants seront organisés conjointement par CGLU, CGLUA, ASPAC, le Groupe de Travail de CGLU sur les Crises, UN Habitat et la ville de Genève. Le 16 mai une journée de débats et d’échanges sur la mise en œuvre du Cadre de Sendai et la résilience des territoires. Le second est un événement parallèle sur la localisation du Cadre de Sendai.

12. En juillet 2019 lors de sa réunion annuelle sur la coopération CUF organisera une rencontre de l’Alliance Mondiale pour les Crises Urbaines (GAUC) pour renforcer le travail qui vise à trouver des solutions locales aux crises urbaines et développer des outils tel que le protocole entre acteurs humanitaires et collectivités territoriales.

13. La ville de Genève, qui accueille plusieurs événements liés aux crises urbaines, aux migrations et réfugiés ainsi que plusieurs sièges d’agences des Nations Unies qui traitent de ces thèmes, se positionne avec l’appui de son gouvernement national pour devenir un hub sur les questions précitées et constituer une interface avec les gouvernements locaux et régionaux.

14. Une session spéciale dédié aux « villes face aux crises » (conflits, crises naturelles) sera préparée et co-organisée dans le cadre du prochain congrès mondial de CGLU à Durban




Publié le 17 avril 2019




Sur ces thèmes

  Crises et réhabilitation

mardi 16 avril 2019
Le programme Irak de Cités Unies France
mardi 23 avril 2019
Des nouvelles de la délégation palestinienne du Centre Al Bustan et du Plus Petit Cirque du Monde (Bagneux)

Agenda

19
sep
Du 19/09/2019 au 20/09/2019
3e Assises de la coopération décentralisée franco-libanaise
16
nov
Du 16/11/2020 au 20/11/2020
JAPON : 7e Rencontres franco-japonaises de la coopération décentralisée, à Aix-en-Provence

Actualités

image par defaut
Atelier de restitution du programme européen JESR, 3 juillet 2019
CFSI : Le festival ALIMENTERRE
image par defaut
Sommet Climate Chance Afrique, seconde édition, Accra, Ghana 18 – 22 octobre 2019

CENTRE DE RESSOURCES



Texte
Photo
Son
Vidéo