Cités Unies France – Site Web de la coopération décentralisée
Le portail de la coopération décentralisée
Le groupe-pays Mauritanie, créé en 1989, compte environ 25 membres dont une majorité de communes engagées de longue date dans la coopération décentralisée. Présentation du groupe
Accueil Discussions Publications

Création

Le groupe-pays Mauritanie, créé en 1989, compte environ 25 membres dont une majorité de communes engagées de longue date dans la coopération décentralisée. Il faut y ajouter le syndicat d’agglomération nouvelle (SAN) de Sénart (8 communes), la communauté d’agglomération d’Evry Centre Essonne et les deux conseils régionaux d’Ile-de-France et du Centre. Une cellule d’animation composée d’un petit nombre de collectivités (élus, agents locaux et représentants de comité de jumelage) ainsi que du Réseau des associations mauritaniennes en Europe se réunit chaque semestre pour définir les axes de réflexion et de travail des réunions plénières du groupe. L’Ambassade de Mauritanie en France ainsi que l’ONG le GRDR y sont régulièrement associés.

Depuis avril 2012, Daniel Allioux a succédé à Michel Sapin à la tête du groupe-pays. M. Sapin reste cependant président d’honneur du groupe-pays et continue à s’intéresser à ses activités.

Rôles et missions

Le groupe-pays s’efforce d’analyser les grandes tendances de l’évolution du pays, d’éclairer les partenariats sur la situation sécuritaire et sur la décentralisation. La valorisation de la culture mauritanienne comme vecteur de développement, d’éducation, et de connaissance de l’autre fait partie de chantiers ouverts maintenant il y a plusieurs années.

Les travaux du groupe-pays ont longtemps pris appui sur les réflexions des assises de décembre 2005, concluant sur la nécessité d’un appui à l’association des maires de Mauritanie. Il s’est penché sur la sécurité alimentaire, la place des migrants dans le développement, la santé, etc.

Évènements marquants depuis la création du groupe pays

Le groupe-pays a co-organisé quatre assises de la coopération décentralisée :
- des assises à Kaedi, en 1993,
- des rencontres nationales ainsi que la rédaction de la Charte de la coopération décentralisée franco-mauritanienne, en 1996,
- des assises de la coopération décentralisée, en décembre 2005, à Nouakchott,
- une journée de la coopération décentralisée franco-mauritanienne à Savigny-le-Temple, en mai 2013.

Le groupe-pays a une tradition de réunions "itinérantes". Il s’est, par exemple, réuni à Arles en 2009, à Dardilly (région lyonnaise) en 2012 et souhaite se rendre à Orléans, région Centre, en 2014.

Malheureusement, la coopération décentralisée franco-mauritanienne est aussi concernée par les questions sécuritaires comme par la crise alimentaire qui touche plusieurs pays du Sahel. Depuis début 2012, la crise malienne a des répercussions directes sur la Mauritanie. Cependant, le nouveau président du groupe-pays s’est rendu a trois reprises en Mauritanie en 2012, puis à nouveau début 2014, afin de maintenir et consolider les liens avec les partenaires mauritaniens et les autorités françaises.

Perspectives

Un temps fort a été organisé en 2013 à Savigny. Ce moment de retrouvailles et de partage a rassemblé 150 participants dont 50 Mauritaniens, parmi lesquels près de 20 maires. 2014 devrait être l’année des rencontres de la coopération décentralisée qui auront lieu à l’automne, à Nouakchott. Une mission préparatoire a d’ailleurs été organisée en février 2014.

Le groupe-pays suit les initiatives majeures d’appui au développement communal aujourd’hui : les programmes PNIDDLE, VAINCRE et ART-GOLD du PNUD. L’accent semble vouloir être mis sur le développement rural et sur les initiatives ainsi que l’emploi des jeunes.

Depuis 2013, le groupe-pays entame une réflexion sur une meilleure intégration et articulation avec le secteur privé au profit du développement économique local, en Mauritanie comme en France.

Actualités

Réunion du groupe-pays Mauritanie, le 13 décembre 2016
Mauritanie : rencontre autour de l'eau et de l'assainissement
La résilience des partenariats de coopération décentralisée en zone(s) à risque(s)